N°1 Odoration, Parfumologie – Déesse exotique…

FABRICE OLIVIERI, parfumeur parisien indépendant discret qui se cache derrière des créations comme Moulin Rouge (Histoire de Parfum), L’Eau de Sourcellerie (Garancia) ou les bougies Marc Deloche, fêtait en 2015 ses dix ans d’activité. A cette occasion, il lance Parfumologie, la nouvelle identité de sa société de création de parfums, et dévoile une eau de toilette en édition limitée pour marquer le coup. Le précieux flacon d’apothicaire, lové dans son écrin aux inspirations de papier peint du XIXème siècle, n’attend qu’une chose :  voir se suivre de nombreux chapitres pour que naisse une belle marque de parfums inspirés.

Pour créer Odoration, Fabrice Olivieri le dit lui même : il s’est fait plaisir ! Il a façonné le parfum sans se soucier de plaire ou non. C’est ça l’avantage d’être le créateur de ses propres parfums et de lancer un parfum anniversaire en édition limitée. Il a suivi ses inspirations pour leur donner une forme olfactive, a tissé les matières premières pour révéler une histoire, provoquer une émotion, ou pas !

P1090224
Odoration, Parfumologie – photo : Musque-Moi !

A l’origine d’Odoration, il y a la terre, la forêt, éléments de vie, d’abondance et de primitivité. Puis il y a l’exotisme, celui d’une fleur divine, déesse sauvage, inquiétante et archaïque.

Pour glorifier cette fleur abstraite et inconnue, c’est l’ylang qui, par sa surdose, offre l’incarnation parfaite ; lui permettant ainsi de déployer un rayonnement solaire de la tête jusqu’au fond du parfum. La fleur divine se gorge de salicylate qui se collent à la peau et s’y immisce pour lui permettre de dévoiler ses atouts les plus charnels, les plus suaves. Mais cette fleur aux couleurs de la tentation doit être domptée et ne se laisse pas faire si facilement. Elle surgit dans une envolée mentholée et camphrée d’eucalyptus et d’aromates avant de fleurir peu à peu son rugissement vert tout feu tout flamme. Lorsqu’elle se pose, sereine, sur votre peau, c’est toujours en laissant pulser sous son pétale le flot vert et acide du suc qui coule dans ses veines. Le végétal sauvage et râpeux, sans concession, rappelle alors la brutalité et la dangerosité qui peut se cacher même sous les choses en apparence les plus belles.

Ainsi pris au piège de sa fleur toxique aux vapeurs narcotiques, les bras enserrés dans une liane possessive qui vous enlace, l’esprit malin qui anime ce végétal vous emmène dans une descente lente et infinie vers la terre nourricière où les végétaux y distillent des odeurs d’humus et de champignon. La lumière n’y pénètre presque plus, et la myrrhe, le gaïac et le cuir corsètent la belle épanouie en une fleur nocturne et mystérieuse. Ainsi drapée d’un voile lacté et minéral, c’est la troublante esquisse de l’odeur d’une peau moite et chaude au soleil. Peut être celle d’un peuple inconnu qui ne vit que pour elle, la vénère et l’adore, et sur qui elle pose son regard maternel protecteur. Après tout, c’est une furie mais elle sait que sans ses dévots son divin s’annihile.

Dans Odoration, l’équilibre juste (mais sur le fil), la générosité, le jeu des textures et la sincérité donnent envie de voir la suite de ce que deviendra la collection de parfums de Parfumologie. Une belle marque vitrine que l’on a envie de suivre et où l’on espère trouver des choses encore plus originales et osées…

P1090218
Odoration, Parfumologie – photo : Musque-Moi !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s