Un Jardin en Méditerranée, Hermès – Divagations autour de la figue

JE N’AIME PAS LA FIGUE. Je n’arrête pas de le dire, je n’arrive pas à la porter. Si je vois en cette belle odeur verte un super parfum d’ambiance, à porter c’est NO WAY !

Pourtant, qu’est ce que j’aime l’odeur qui règne sous les figuiers en été. Le parfum, rêche comme ces feuilles coriaces qui souffrent sous les rayons écrasants du soleil, est boisé et minéral à la fois. En parfumerie, il est toujours trop vert. J’aime l’odeur âpre, amère et verte du fruit que l’on cueille ; la tiédeur lactée de la gouttelette de sève blanche qui s’écoule par la plaie faite sur le vif, les vapeurs douceâtres et veloutées qui s’échappent de la chaire tout juste tranchée. En parfumerie, elle est toujours trop lactée, trop écœurante, toujours trop synthétique. J’aime aussi l’odeur sucrée, miellée, confite et suave de la figue séchée. Mais en parfumerie ça ne donne rien, et puis de toute façon, tant qu’on aura pas réussi à reproduire le craquement des milliers de petits pépins sous la dents, ça n’a aucun intérêt !

jmed
Un Jardin en Méditerranée, Hermès – source : http://www.hermes.com

Un Jardin en Méditerranée est, je crois, l’opus qui m’attire le moins dans la collection des Jardins d’Hermès. « Elémentaire mon cher » me direz-vous ! Oui mais non, c’est pas si simple, car les figuiers j’en ai eu. J’ai bien porté Ninfeo Mio plusieurs années, avant d’en être écœuré par les bois ambrés et par le vapo qui fuyait (le second dégout étant la cause du premier, en fait). J’aime aussi beaucoup Figue Amère de Miller Harris, que je porte environs une fois par an, quand je retrouve mon fond de flacon et que j’ai envie de me miner le moral à coup de flashbacks olfactifs nostalgiques.

J’aurais donc pu l’apprécier, ce jardin, car je le trouve même plutôt bien fichu, et très signé. Il n’a pas le lacté trop cliché que je déteste, ni le vert trop grinçant qui me hérisse le poil. L’aspect fruité est assez moderne, transparent, et on y retrouve les thèmes chers à Jean Claude Ellena : le boisé cédré aérien, le fruité vert juteux et acidulé, le pamplemousse éclatant et piquant d’amertume, des jeux de sensations et de contrastes tactiles… Dans le fond, on pourrait presque y déceler aussi une figue très mûre, voire confite, à peine sucrée mais pas écœurant. Juste plus intense et concentrée, histoire d’ancrer le parfum sur peau et le rendre plus addictif.

11873905_10206247662543997_901890946_n
Un Jardin en Méditerranée – Le Bain Hermès

En fait, il faut que je vous l’avoue, j’ai craqué pour lui !

J’ai craqué pour sa déclinaison en gel douche et en lait pour le corps que l’on m’a offerts pour l’été. Une double surprise en fait, car je ne m’attendais pas à l’apprécier autant. Ok, tout ça pour finalement en conclure que je ne porte toujours pas de figue. Mais en fait en produit fonctionnel (dieu que cette appellation est moche !) ça me convient parfaitement. Et l’éloge de la qualité des cosmétiques de la ligne Le Bain Hermès n’est plus à faire : ils sont divins à utiliser !

Publicités

3 réflexions sur “Un Jardin en Méditerranée, Hermès – Divagations autour de la figue

  1. Superbe. J’ai un peu près le même souci avec l’eau de campagne de Sisley… En alcoolique, j’ai parfois l’impression de sentir le terreau. Mais sous la douche, c’est un BONHEUR.
    Le parfum Obsession Night pour Homme de Calvin Klein à la note figue était sorti deux ans après le jardin en Méditerranée et ca ne m’étonnerait pas qu’il s’en soit directement inspiré. Mais il est bcp plus cèdré, plus aromatique et la figue est davantage portée par les notes lactoniques donc il est plus « coco ». C’est l’un de mes parfums préférés. Bref, c’est un bel article et tu fais une jolie description du figuier !
    Amitiés.

    J'aime

    1. Salut Robin !
      Certains parfums sont effectivement des tueries en produits complémentaires. J’adore porter Bigarade Concentrée chez Frédéric Malle, mais alors le gel douche… OH MON DIEU !C’est juste un moment de pur bonheur sous la douche !
      L’Eau de Campagne par contre, c’est un parfum avec lequel j’ai vraiment du mal. Mais peut être faut-il que je le découvre justement sous la douche ! ;)

      Passe une belle journée parfumée !

      J'aime

  2. J’AIME LA FIGUE. Je n’en parle à (presque) personne, et je n’en ai d’ailleurs pas encore sur ma table de toilette. Un parfum d’ambiance ? Pourquoi pas. Bof. Mais la porter fait partie de mes rêves. Je veux me sentir tel Caton revenant de Carthage (enfin, pas vraiment, mais passons), les velléités guerrières en moins. Je veux me rappeler l’enchantement que j’éprouvais à chaque fois que je passais à côté d’un figuier en Italie. La figue est pour moi un vecteur de rêve.
    Seulement voilà : je n’arrive pas à trouver la figue qui me sied. J’ai senti Figaro, de Lubin. Sympathique, mais je n’arrive pas à le cerner. J’ai senti Ninfeo mio d’Annick Goutal : bien, ça m’a plu, mais c’est peut-être un peu trop « vert ». Je ne sais plus. J’ai senti, récemment, une cologne à la figue d’Acqua di Parma (j’ai oublié le nom précis et j’ai la flemme de le rechercher). J’ai adoré ! Mais il me faut retenter l’expérience, je n’aime pas me fier à mes premières impressions.
    La figue, pour l’heure, m’échappe, je ne trouve pas encore celle dont je rêve. mais Dieu, que j’aime la figue ! je vais me hâter, donc, d’aller humer cette cologne de Jean-Claude Ellena, à laquelle je n’ai, il faut que je l’avoue et je n’en suis pas très fier, porté jusqu’à présent peu d’attention. C’est dur, la vie de perfumista niveau débutant :-)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s