Musque-Moi fête ses 3 ans – Tirage au sort

Trois ans, ce n’est pas rien pour un blog.
C’est le temps qu’il faut, je pense, pour faire son nid et prendre ses marques. C’est le moment où l’on commence à se faire plaisir en sachant comment aborder les choses, car c’est le temps qu’il aura fallu pour découvrir de belles choses, faire de belles rencontre et, vous ne vous en doutez peut être pas, se prendre aussi de belles claques et être mainte fois déçu par la profession.
Bien heureusement, les belles rencontres et les beaux projets sont plus nombreux que le reste, et heureusement ! L’émerveillement et la découverte constante permettent d’effacer le reste. Oublier par exemple que Musque-Moi a failli fermer ses portes tout comme j’ai failli voir se fermer toutes les portes de mon avenir professionnel il y a un an, pour un malheureux article dénonciateur. Eh oui, ils sont comme ça dans la parfumerie, ça rigole pas ! Bref, passons… On dira que c’est formateur, révélateur, que ça sert de leçon pour ne s’attarder que sur ce qui se fait de mieux, et qu’il ne sert à rien de se pencher sur ce qui n’en vaut pas la peine.

Musque-Moi

Mais cet article, c’est avant tout pour vous remercier VOUS !
Vous chères lectrices et chers lecteurs, qui me lisez et me suivez toujours plus nombreux. Vous qui me motivez, par vos petits mots publiques, en commentaire et sur la page Facebook, ou en privé, par mail ou en face à face lorsque par chance on arrive à se croiser.

Alors je souffle vite sur les trois bougies de Musque-Moi pour oublier ce temps qui passe si vite pour vous mettre à l’honneur, mes petits rats musqués. Parce que pour cet anniversaire, c’est bien vous qui allez être gâtés !

Vous êtes curieux de savoir de quoi il s’agit ? 
Très bien, alors voilà :

Grâce à Parfum d’Empire, vous allez pouvoir remporter un flacon 100mL 
du magnifique et non moins troublant Musc Tonkin en eau de parfum, 
chef d’œuvre du talentueux Marc Antoine Corticchiato
Musc Tonkin fait rugir… véridique !
Pour cela, il vous suffit de laisser ici un commentaire pour me raconter tout simplement quel est pour vous la plus troublante et envoûtante des odeurs (ou des parfums !), et pourquoi.
Je procèderai ensuite à un tirage au sort le samedi 4 avril à 20h pour désigner l’heureux gagnant.
Alors à vos plumes… Prêts… Racontez !
.
.
.

RÉSULTAT :

Tirage au sort sur petits papiers, avec une magnifique calligraphie, admirez le « C » !

C’est Clara qui remporte le flacon de Musc Tonkin, après tirage au sort par ma main innocente ! (merci de me contacter via l’adresse mail dans la colonne de droite sur le blog pour pouvoir convenir de l’envoi du flacon :) )

Bravo à elle, encore merci à Marc Antoine Corticchiato et Fabienne Rossi de m’avoir permis d’organiser ce tirage au sort et de vous gâter. Et surtout, merci à tous les participants.

Publicités

33 réflexions sur “Musque-Moi fête ses 3 ans – Tirage au sort

  1. Happy Birthday! Votre blog et vos actualités parfumées sur twitter et instagram enjolivent mes journées. Un moment fort olfactif fut la decouverte, il y a quelques années de l'Ether de IUNX. Je suis fou de cet encens qui me fascine et derange à chaque fois. Sinon la tubereuse, dans tous ses états, me trouble toujours. Bravo Musque -Moi et bonne continuation!

    J'aime

  2. En tant qu'addict assumée de parfums, plusieurs odeurs m'envoûtent.
    Mais si je devais n'en choisir qu'un seul, bien qu'il ne soit pas de niche, je dirais Fahrenheit de Dior.
    Il y a une vingtaine d'années j'ai eu le bonheur de fréquenter un homme qui le portait à merveille et qui du coup, m'envoûtait complètement. Aujourd'hui, s'il m'arrive de croiser le sillage de ce parfum, c'est automatique, j'ai des frissons de la tête aux pieds! ;-)

    J'aime

  3. Les odeurs qui me fascinent le plus sont les odeurs « baudelairiennes »: le musc, l'ambre, l'encens, le benjoin, le goudron,… Tous ces parfums qui oscille entre sensualité et mysticité !

    Félicitations pour les 3 ans du blog !

    J'aime

  4. Je suis un fan de musc ! Je me rappelle de mon premier grand choc olfactif: ma rencontre avec Muscs Koublaï Khan de Serge Lutens. En un spray, j'invitais le fauve et sa fourrure sur ma peau. Une claque! Un délice! Je ne l'ai jamais quitté. Je lui ai trouvé des compagnons comme le musc ravageur de Frédéric Malle, Original Musk de Kiehl’s, Musc Intense de Nicolaï ou encore le musc nomade d'Annick Goutal. Imaginez cher ami la joie pour moi de participer à ce concours !

    En souhaitant longue vie à votre blog! Continuez à nous faire rêver encore pendant plusieurs années.

    J'aime

  5. Bonne Anniversaire ET bonne continuation.
    En 2014 j'ai fait une belle rencontre.
    J'ai eu en échantillon FORBDDIDEN GAMES de KILIAN.
    C'est un parfum qui s’ouvre sur une pâte de fruits – Pomme, Pêche, Prune – piquée de Cannelle de Laos. Puis le parfum évolue sur un cœur floral luxuriant – Rose de Turquie, Géranium d’Egypte et Jasmin Sambac – avant de s’évanouir sur une sucrerie envoûtante – Vanille de Madagascar, Miel de Laos et Résinoïde d’Opopanax. Pour moi ça a été une véritable révélation. Je ne sais pas pourquoi c'est peut-être le parfum que j'ai toujours recherché. Depuis il fait parti de mes favoris…….

    J'aime

  6. Bonjour Yash !
    Merci pour votre fidélité sur tous les réseaux sociaux. Ça me fait très plaisir. Mais qui êtes vous sur Instagram, quel est votre pseudo ? :)
    Ahhhhh L'Ether… et Iunx. Qu'elle belle marque. Et j'admire énormément le travail d'Olivia Giacobetti. Chez eux, c'est l'Eau Argentine que j'adore. Il faudrait que j'en parle un jour tiens…
    Ah oui, et participation au tirage au sort validée. ;)

    A bientôt !

    J'aime

  7. Bonjour Isabelle,
    Ah les souvenirs olfactifs associés à des êtres chers… c'est quelque chose. C'est à la fois tellement délicieux et frustrant, nostalgique et douloureux.
    Ta participation au jeu concours est validée ! Rendez-vous samedi… ;)

    J'aime

  8. Bonsoir Michael,

    Ahhhh les muscs… étonnant que je n'ai jamais fait un article sur le sujet d'ailleurs !
    Et c'est vrai que MKK, c'est une bête de taille quand on le découvre, surtout si on tombe dessus quand on est encore novice.

    Merci en tous cas, et j'espère vous apporter un peu de rêve pendant encore longtemps !

    Participation validée, que le dieu du musc vous porte chance !

    J'aime

  9. Merci Pascale ! :)

    Je dois avouer que Forbiden Games fait partie de ceux qui m'intéressent le moins chez Kilian. Pas qu'il soit mauvais ou qu'il ne sente pas bon, mais je trouve ça un peu « facile » et « grand public » pour un prix si élevé. Mais après je respecte complètement.

    Et d'ailleurs, je valide votre participation au tirage au sort !

    Bonne chance ! :)

    J'aime

  10. Ah c'est drôle, je relisais justement les Fleurs du Mal cette semaine, dont « Correspondances ».
    Et il est vrai que bien des matières mystiques et pieuses sont parfois très charnelles ou évocatrices de sensualité. Dans leur odeur ou dans leur utilisation.

    Et participation au tirage au sort validée ! :)

    J'aime

  11. Bon anniversaire et longue vie à ce blog !
    J'aime beaucoup lire vos articles, c'est très enrichissant !
    Pour ma part, c'est Féminité du Bois qui m'a ensorcelée : sa prune, son cèdre, ses épices sont devenus mes compagnons quasi quotidiens depuis 1992. Il est devenu ma signature.
    Nath

    J'aime

  12. Joyeux anniversaire Musque-Moi!

    Je vais reparler de ce que j'avais déjà évoqué sur BT, à propos de ces odeurs végétales qui nous fascinent…

    Pour moi le parfum le plus enivrant est celui de la forêt humide après une ondée en été ou en automne. C'est une odeur plus verte en été, que j'ai du mal à décrire mais qui me fait frétiller les naseaux. Je crois que c'est cet effet-là que je cherche dans les parfums verts, ce parfum de tige cassée, de branche fraîchement brisée, de feuilles rafraîchies et relevées par l'humidité. J'ai le sentiment d'entrer dans un univers mystérieux, un conte. Oui c'est ça, si les elfes avaient un parfum, je crois que ce serait celui-là. Quand je vous dit que ça me rend dingue!
    C'est aussi la promenade à cheval dans les bois, l'ivresse des grands espaces et le sentiment de liberté que procure un galop à fond les manettes… Une odeur, milles impressions. Je crois bien que c'est la seule odeur qui me fasse cet effet-là.

    Bonne continuation pour le blog!

    J'aime

  13. Très bon bloguiversaire, merci pour toutes ces lectures et longue vie à ton blog !
    Les odeurs qui me troublent le plus sont celles de certaines peaux, d'ailleurs il y a de ça dans Musc Tonkin !
    En parfums, si je me roule volontiers dans les ambres, les fleurs blanches et certains muscs, ce ne sont pas forcément les plus ouvertement évocateurs de sensualité/animalité qui me troublent le plus. Ces jours-ci, Séville à l'aube m'envoute littéralement, la fleur d'oranger en tension entre les notes vertes/aromatiques/médicamenteuses et le fond baumé me semble beaucoup plus érotique que bien des parfums plus explicites.
    Encore merci et à bientôt :-)
    Potra

    J'aime

  14. Joyeux anniversaire musque-moi !

    L'une des odeurs qui m'a le plus envoûté, c'est celle du bois de cade. Mon père en possédait des morceaux à la maison, bruts et sculptés. Lorsque je m'ennuyais, je venais frotter ces objets au toucher de bois si agréables. Et là, des arômes de miel, de résine, un mysticisme se dégageait.

    Nemeo

    J'aime

  15. Bravo à toi pour ce superbe blog, et bon courage à travers toutes les épreuves! je suis bien content que tu aie pu continuer ton activité, car musque-moi est particulièrement bien écrit, pas superficiel, sympathique et pas prétentieux! haters will hate…

    je parlerai moi aussi de Muscs Koublaï Khan, qui m'a attiré alors que j'étais vraiment néophyte. Son odeur ne m'a pas choqué ou repoussé, comme a pu le faire un M/Mink. Mais tout de même, il fallait l'apprivoiser un tant soit peu.
    Ce parfum est pour moi troublant, mais pourtant pas sale. Les notes musquées, s'arrondissent sur ma peau et lui confèrent une douceur ronronnante, un peu indécente, sans être bestiale. Il m'arrive de m'enivrer de MKK rien qu'en étant complètement seul avec lui, comme on se loverait dans une intimité réconfortante.
    Les notes, certes segmentantes, m'évoquent une harmonie entre la nature humaine et la nature animale, et plus encore: la spiritualité rencontrant la matérialité sans aucun paradoxe.
    Je le porte assez rarement, comme un précieux élixir, mais à chaque fois que c'est le cas, je me sens équipé d'une sorte de carapace solide qui transformerait mon énergie.

    peace
    ghost7sam

    J'aime

  16. Bonjour Musque- moi et bon anniversaire !
    Merci pour tous ces beaux articles qui me transportent et m'offrent d'élever tant mon nez que mon esprit à un pan tout entier de culture qui m'était étranger.
    Le parfum qui me transporte en ce moment, c'est Cuir de Mona di Orio. Je suis fascinée par ce cuir brut, rugueux presque macho que je porte comme une aura rebelle. Il m'évoque une balade en harley dans une garrigue délicieusement odorante, à laquelle s'ajoutent les vapeurs d'absynthe et la fumée de marijuana. Un parfum de mauvais garçon donc qui, sur une femme prend une dimension émancipatrice que j'adore !
    J'espère participer également au tirage au sort (j'avais déjà commenté mais comme je ne vois pas ma publication apparaître je n'ai pas voulu prendre le risque- si jamais je suis publiée deux fois, vraiment, je vous présente toutes mes excuses pour la redite). Je suis peu familière des muscs animaux et souhaiterais essayer d'apprivoiser ce grand fauve qu'est musc tonkin.
    Merci encore !
    Meryl

    J'aime

  17. Joyeux anniversaire ! C'est un plaisir de savoir que vous perdurez, et que 3 ans ne sont que le début d'une belle aventure (et parallèlement, un peu égoïstement, ça me rassure dans ma démarche avec mon propre blog :)) )

    Ma plus belle histoire olfactive est Cuir d'Ange, le merveilleux Hermessence de Jean-Claude Ellena. Je l'ai d'abord détesté, ce cuir floral beaucoup trop animal. Cette odeur de peau, de cuir souple me tournait la tête, m'écoeurait. Mais têtue je suis, et le nom me séduisait beaucoup trop pour ne pas essayer de l'apprivoiser.

    Bien m'en a pris, le parfum s'est ensuite prélassé sur ma peau, pendant que je m'y collais le nez pour le comprendre. J'ai eu cette impression de chaleur, de blondeur, d'animalité, et parallèlement cette nostalgie de lorsque je montais à cheval. Cette sensation d'enfouir son visage au creux d'une encolure chaude, apaisante, de caresser le crin soyeux, de passer ma main sur une selle patinée par les frottements à la fois du corps du cavalier, et du dos du cheval. Un parfum qui m'évoque les yeux veloutés de ma monture préférée, d'un brun expressif. Son nez si doux, sa force tranquille. Oui, Cuir d'Ange est bien plus qu'une fragrance, qu'une (Herm)essence, c'est ma nostalgie de ces animaux magnifiques, de leur beauté musclée, de leur odeur rassurante.

    Et si je parle d'abord des souvenirs, il est aussi mon parfum fétiche, qui m'a porté chance lorsque j'ai dû faire mes preuves, et il a cet arôme de victoire, de confiance en moi. Finalement, un peu l'odeur d'un concours hippique gagné à la force du travail.

    Voilà, Cuir d'Ange c'est tout ça à la fois, merci Monsieur Ellena pour ce coup de maître.

    Bonne continuation, et merci de m'avoir permis de raconter ce que m'évoque ce parfum magnifique (encore plus beau pour moi que Cuir Ottoman).
    A bientôt !

    Caroline

    J'aime

  18. Bonjour, et bon anniversaire !

    J'adore l'odeur du cuir. Mais attention, pas le cuir d'un fauteuil ou d'une veste d'homme. Non moi ce qui me fera toujours fermer les yeux de bonheur, c'est un cuir de femme : le mélange de cette odeur charnelle et animale avec la poudre des fards, les traces fleuries d'un parfum.C'est une odeur luxueuse et organique que j'aime par dessus toutes les autres, et cet amour me rend parfaitement partiale dans mes choix de parfums.

    Le musc sage et fleuri de Cuir d'Ange, la prune confite gourmande de Boxeuse, la surprenante violette épicée de Cuir Insolite, l'élégant jasmin enfumé de tabac de Cuir de Russie…

    Je les adore tous.

    Merci pour ce concours. Même si je ne gagne pas, il me rappelle qu'il va falloir racheter un flacon de Cuir Ottoman.

    Jessica

    J'aime

  19. La plus troublante, la plus enivrante des odeurs ? Impossible d'en garder une seule en tête d'un palmarès qui évolue au gré du vent et des humeurs : celle de la personne que l'on aime, celle d'un inconnu croisé dans la rue, celle du bitume chaud, de la lavande qui se putréfie, du romarin qui infuse, de l'encens qui se consume… la vie n'est qu'odeurs mon ami ! Celles qu'on renifle, qu'on sent, qu'on déguste, celles qui font dire « whouah » « pouah » « oui » « non »… « peut-être » « encore » « plus jamais » et puis « si » ! Celles qu'on cherche, qu'on recherche, qu'on trouve, qu'on perd… celles qu'on imagine, qu'on fantasme, qu'on espère… ce choc permanent qui vous maintient en éveil ! Alors, musque-moi, bel anniversaire ! Continuez et toujours !

    J'aime

  20. Le parfum qui m'a envoûté, m'a séduit pour la vie, c'est… »Agua de Sevilla », la fragrance à base de fleur d'oranger qui a été créée à Séville à l'occasion de l'Expo universelle de 1992! A l'époque, j'avais 24 ans et le bonheur d'avoir été attaché au pavillon français …J'ai vécu cette expérience extraordinaire tout au long de la durée de l'Expo, d'avril à la fin septembre: chaque jour, je me suis littéralement inondé d'Agua de Sevilla…et chaque nuit, avant de sortir, j'en rajoutai…de quoi m'enivrer! Près d'un quart de siècle s'est écoulé depuis…et mon cerveau continue d'être imprégné par ce parfum de rêve!
    Merci de m'avoir offert l'occasion d'égrener ces souvenirs sensuels!

    J'aime

  21. Bonjour,

    Tout d'abord félicitations pour ces 3 ans MUSQUE-MOI! Bon anniversaire!

    Je découvre tes articles avec toujours autant de plaisir. Didactiques, instructifs, intéressants et parfois parsemés d'humour, ce qui n'est pas sans me déplaire!

    Mon premier « choc olfactif » fût « Opium » d'Yves Saint Laurent avec ses effluves envoûtantes de benjoin, d'opoponax, de vanille, de patchouli, de santal…
    J'aime les parfums enveloppants, chaleureux et troublants. Les « muscs » bien sûr mais aussi le poivre, le vétiver et les « effets résineux » qui me fascinent!

    Encore « Bon Anniversaire »! Merci pour ce concours, je souhaite une très longue vie à MUSQUE-MOI…(SI TU PEUX!) !

    Raphaël

    J'aime

  22. Merci
    Je suis @yashbla sur insta et @yashjag sur twitter. C'est vrai qu' Olivia Giacobetti a ce don de créer des parfums qui sont tres touchants. Mon introduction dans la parfumerie de niche fut par « En Passant », il y a 11 ans(mon arrivée à Paris). Toute la ligne IUNX est superbe c'est vrai- un secret qu'on se transmet entre amateurs!
    A très vite.

    J'aime

  23. Bonjour,

    Joyeux anniversaire à Musque-Moi ! Votre blog est le premier que j'ai lu avec assiduité il y a maintenant un peu plus d'un an lorsque j'ai découvert l'univers du parfum… Je ne manque jamais de conseiller la lecture de vos articles à ceux qui m'entourent. Merci pour vos écrits et vos photos qui laissent transparaitre et font partager toute votre passion !

    Quant à l'odeur qui m'envoute et m’apaise, c'est celle dans le cou de mon (gros) chat, qui sent un peu le chaud et le salé… Je peux rester de longs moments à le humer, jusqu'à ce qu'il en ait assez…

    Encore joyeux anniversaire et merci pour ce concours.

    Mathilde

    J'aime

  24. Bravo pour ces 3 ans petit rat musqué !
    Mon souvenir olfactif a justement un lien avec Musc Tonkin. Ma grand mère, lorsqu'elle était en activité, tenait une boutique de prêt-à-porter de luxe. Un endroit fascinant pour un petit garçon, tant il semblait un temple à la féminité. Là se mêlaient les odeurs de tissus jamais portés, des fourrures, du cuir… Même la moquette et les cabines d'essayage avaient une odeur singulière. Et surtout, imprégnant le lieu tout entier, le parfum de ma grand mère : l'odeur de son corps, de son souffle, son maquillage et son rouge à lèvre qui nous marquait les joues, mais surtout Opium dont elle abusait et qui flottait partout dans l'air… Pour moi c'est l'odeur de LA Femme. Et lorsque j'ai découvert Musc Tonkin, j'ai été ému d'y retrouver une part de cette atmosphère si particulière, sorte de version plus vivante d'Opium, plus chaude, plus intime et rassurante.

    J'aime

  25. Mon premier commentaire n'est pas passé. En fait j'évoquais moi aussi l'importance de l'odeur de l'être aimé, sans doute cette part d'animalité qui est en nous! Mais aussi certains chocs olfactifs comme Iris Silver Mist ou Muscs Koublaï Khän. Et bien sûr le travail de Jean Claude Ellena dont je ne me lasse pas: L'eau de Narcisse Bleu et ce merveilleux Cuir d'Ange…Bon anniversaire Musque-Moi!

    J'aime

  26. Commentaire de Marie-Solange sur Facebook :

    En découvrant votre blog Musque-Moi,je me suis aussitôt sentie transportée dans un univers privilégié qui m'a rappelé ce moment unique où j'ai découvert par hasard une odeur particulière dans le tumulte des parfums connus et reconnus …
    Une odeur singulière de fleurs de tabac séchées enveloppées dans un papier gourmand sentant la vanille et le cacao;une essence à respirer encore et encore jusqu'à la croquer comme la féve tonka qui la compose et qui rappele ces voyages lointains d'Orient …j'aurai voulu prononcer son nom »Tobacco Vanille » avec volupté et célébrer ce parfum ambigu mi-homme mi-femme qui a dû faire perdre raison à plus d'un ou une et ,c'est avec nostalgie ,que je respire la dernière note épicée aromatique qui s'enfuit dans un accord doux de fruits secs quand mon flacon se vide…

    J'aime

  27. Je songe tout juste que j’aurais pu partager ici ma découverte de Musc Tonkin ! Tardivement, certes, je le fais quand même:

    Je l’ai essayé un soir, tard, avant de sortir. Dès la première seconde j’ai senti le gouffre qui le sépare de Musc Koublaï Khan. Le Lutens a pour moi une chaleur charnelle mais aussi ronde, réconfortante, qui ronronne avec le velouté d’un pétale de rose très près de la peau (je le porte d’ailleurs souvent pour dormir).

    Ma première bouffée de Musc Tonkin en revanche a été une forte impression de tubéreuse-salée/salie. Et puis je suis sortie, pour aller assister à une jam session dans un club de jazz. La chaleur de la petite salle de concert, les mouvements involontaires du corps au rythme de la musique, l’odeur venant de mon cou s’est faite plus présente. J’y ai perdu le côté fleurs blanches mais le musc s’est réveillé, toujours avec cette note d’embruns un peu étrange. L’ensemble (le parfum, le lieu, la musique, l’ambiance, l’heure tardive) s’harmonisait merveilleusement. Et puis j’ai posé les yeux sur le fond de la scène, le nom de club: Le Baiser Salé. J’ai trouvé la coïncidence splendide, je n’aurais pas trouvé de meilleur résumé de mes premières impressions de Musc Tonkin que « baiser salé ». Enfin, en fin de soirée, il s’est fait plus musqué, cuiré et fumé (?), plus noir en somme, bien comme j’aime.

    J'aime

    1. Salut Clara. Le Baiser Salé est mon adresse favorite, je ferai attention la prochaine fois à distinguer un Musc Tonkin dans l’assistance :-)

      ghost7sam

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s