[Coup de Coeur] Cuir d’Ange, Hermès – Aura céleste…

LA DERNIÈRE HERMESSENCE EN DATE, signée Jean-Claude Ellena, a fait l’effet d’une bombe au sein de la communauté parfum et illustre une fois de plus le talent du parfumeur maison, au sommet de son art depuis plus d’un an, alignant des créations plus novatrices et abouties que jamais. Si touché, c’est à reculons et avec appréhension que je vous livre ici mes impressions sur ce parfum, de peur de ne pas en parler aussi bien qu’il le mérite.

Plus que jamais, le cuir est tendance en parfumerie de niche. C’est un fait. Si je m’attendais à en trouver un cette année chez Frédéric Malle, en lieu et place d’un magnolia psychotique et hystérique atteint par la folie dévastatrice du bois ambré, c’est finalement sur Hermès que j’aurais dû miser. En effet, qui de plus à même que le luxueux sellier associé au parfumeur le plus talentueux de sa génération pour compléter sa gamme avec un cuir à la hauteur de toutes les attentes ?
Pourtant, sur le papier, à l’annonce de l’arrivée de cette nouvelle Hermessence, j’étais plus que sceptique. Difficile pour mon esprit de conjuguer au style Ellena un beau cuir comme il se doit. Et ce n’est pas Kelly Calèche avec sa note aigrelette et douceâtre, qui m’est insupportable, qui me rassurait !

La tête libérée de toute attente particulière, sans impatience si ce n’est la curiosité de sentir un nouveau parfum autour du cuir, j’étais, semble-t-il, prêt à me laisser prendre par le nez vers la plus douce des rêveries qui m’ait été donné de sentir cette année.

amours imaginaires 2
Caresse – Image tirée de Les Amours Imaginaires de X. Dolan

Par la plume d’un ange, c’est comme ça que tout est arrivé…

C’était l’une des plus belles journées d’automne quand on m’a présenté cette plume d’un blanc-crème laiteux. « Elle charge l’aura de quiconque s’y effleure d’une odeur divine, d’un rayonnement irrésistiblement troublant pour celui qui saura y être sensible » m’a-t-on dit, « elle vient d’un être fantastique, mi cheval, mi ange, que l’on appelait Pégase ». Les rayons du soleil, encore doux à cette époque,  traversaient les feuillages qui commençaient à se colorer et portaient les rires et les murmures de la ville empâtée dans l’heureuse mélancolie d’un dimanche après-midi qui se termine.
Sceptique mais curieux, je me laissais tenter. La plume lâchée au dessus de mon bras se mit à descendre dans une ronde infiniment légère, gracieuse et infinie. Le temps semblait se suspendre. Lorsqu’elle toucha ma peau, la réaction fut immédiate : un silence assourdissant et décoiffant, à m’en faire exploser les tympans, balaya tout sur son passage par une déflagration olfactive qui me hérissa les poils. Une onde sensuelle lancée au triple galop.
Stupeur.
Une envolée d’agrumes et de notes florales au scintillement irisé, comme seul Jean Claude Ellena sait les ciseler. L’air se satura d’un coup d’une lumière dorée et poudreuse, comme celle d’un vieux clip de musique pop pour adolescente en pleine crise existentielle ; vous voyez le genre ? Un souffle lumineux, d’une tiédeur confortable et rassurante, qui teinte ce Cuir d’Ange d’un accent méditerranéen, qui en fait dans mon esprit un cuir très « Riviera ».
C’est là, dans cette atmosphère suspendue et feutrée, subtilement sucrée, que mon corps s’élevait, comme tiré par une force ascendante qui me saisit le cœur à m’en couper le souffle. J’étais en lévitation, béat dans la tiédeur de l’après midi, la poitrine en avant et les bras flottant dans le vide. Bercé par la douceur de ce cuir souple mêlé de lilas, de mimosa et de violettes. Bercé par un daim subtilement fumé, à peine animal, réhaussé d’une pointe de miel intense et comme subtilement salé, un peu comme le goût des larmes. Des larmes d’admiration d’un sanglot poussé à bout par un flots d’émotions intenses, qui m’envahissaient à cet instant précis. Touchant de générosité et de sincérité, comme un livre ouvert, les pages mises à nu, on y lit presque l’odeur du vieux papier tanné par le temps, qui se mêle aux muscs mats du fond, très « peau » et loin d’être mièvres.

Cuir d'ange 4
Cuir d’Ange sur peau, photo : Musque-Moi !

Magnétique comme un regard en coin, innocent comme une mèche au vent, irrésistible comme un sourire qui s’enfuit, tendre comme la plus douce des caresses, grisant comme un souffle sur la peau… Cuir d’Ange m’émeut et me laisse sans voix parce qu’il garde tout au long de son évolution cette dualité et ce contraste d’un cuir mêlé de notes lumineuses et radieuses. Une véritable réinterprétation contemporaine du cuir de Russie s’inscrivant à merveille dans l’œuvre de Jean-Claude Ellena.

L’odeur d’une peau sublimée et rayonnante, un idéal charnel, un fantasme épidermique…Un cuir solennel. Éblouissant.
Je venais d’être fusillé en plein cœur par le plus doux des coups de foudre.

Cuir d’Ange est pour moi la plus généreuse, la plus personnelle et la plus touchante des Hermessences. On y devine un Jean Claude Ellena charmeur, sensible, réinventant une note classique que l’on voyait tourner en rond depuis quelques années.
Particulièrement émouvant.
Tout simplement beau.

— — –
Et si vous voulez rêver encore un peu plus, galopez sentir la bougie A cheval ! qui vient de sortir chez Hermès. Une retranscription plus brute et rêche de Cuir d’Ange mais toujours en finesse et subtilité, faite par Céline Ellena, pour habiller son salon des volutes élégantes de ce daim divin.

Publicités

7 réflexions sur “[Coup de Coeur] Cuir d’Ange, Hermès – Aura céleste…

  1. Merci pour ces recommandations. La note  » cuir « 
    étant ma préférée (avec l'ambre et le santal, ) je vais
    me précipiter et sentir cette nouveauté d'Hermès.
    Votre texte est très évocateur et poétique. J'ai aimé
    le lire. Bien amicalement. ELZA JAZZ

    J'aime

  2. Magnifique article, j'y retrouve vraiment la lumière et les sensations de Cuir d'ange :)

    et comme Poupoune : hiiiiiiiiii la bougie !!! (tu es un vil tentateur)

    Potra

    J'aime

  3. Bonsoir Elza.

    Courrez, volez, galopez sentir ce cuir dès que vous le pouvez, et revenez me dire ce que vous en aurez pensé.
    Cette pépite est à laisser évoluer sur peau, pour se laisser surprendre par ses facette envoûtante et addictive.

    A bientôt j'espère…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s