L’Homme au parfum – Chaleur, chaleur… Et si vous osiez le ton sur ton ?

Il y a quelques jours, Anatole Lebreton nous proposait sa sélection de parfums de l’été aux jus tonitruants sous le zénith de juin. Des parfums en apparence culottés à porter par temps chaud, et pourtant… 
Je voulais vous parler aussi des miens depuis longtemps, et cet article m’a inspiré. Alors voilà, à la façon du « Qu’est ce que je mets avec ma cravate ? », voici ma sélection pour l’homme qui n’aura pas peur de sortir des traditionnelles eaux fraîches en été.


On est en plein dedans, ça y est. C’est l’été !
Les jours sont les plus longs de l’année. Une semaine entière au minimum arrive à passer sans la moindre averse ni un thermomètre en dessous de 22°C (oui bon… on peut exagérer un peu, c’est pour l’histoire !).
Nos habitudes parfumées, qui vont de paire avec le temps, s’adaptent. On a envie de rien, si ce n’est, parfois, que d’un léger voile parfumé pour sortir prendre le soleil autour d’un cocktail en terrasse. Ou alors on a envie de lourd, du bien lourd : juste une goutte derrière les oreilles, ou sur la poitrine, qui grésille de toutes ses forces en coulant sur la peau. Une essence de caractère, forte, qui fait jubiler par sa puissance qui semble se mêler aux rayons cuisant du soleil, magnifiée par la chaleur et l’atmosphère estivale. Mais attention, pas de gros jus collant ou surdosé pour avoir l’air d’un mannequin dopé au carotène sortant de chez Versace ou Cavalli ! On sait se tenir…

Par temps chaud, ce sont les fleurs blanches narcotiques ou les résines et les baumes qui deviennent jubilatoires à porter. Mais pas tous les jours, bien sûr. Se verser des litres de citrons pressés sur le dos pour dire de se rafraichir, c’est bien drôle, mais moi ça me fait plus suer qu’autre chose !
Autant habiller son sillage de quelque chose d’un peu plus consistant, d’un peu plus charmeur, alors qu’on se déshabille un peu plus à chaque poussée du thermomètre. Car oui, cette idée de mettre du lourd par temps chaud, par pur provocation et pour que les autres sentent que nous, n’est que manifestation d’un inconscient sexuel et égoïste. Qu’on se le dise…

Alors quels parfums puissants et torrides oser en été, et avec quoi les porter ? Car ne vous leurrez pas, avec de tels mastodontes dans le sillage, vous ne passerez pas inaperçu !

Voici ma sélection, testée et approuvée :

9dcf1-tumblr_n64seqeesz1rxnekho1_1280
photo source : The Modern Gentlemen

Le classique addictif – Habit Rouge (EDT), Guerlain

Son départ fusant et explosif d’agrumes n’est qu’accessoire. Trompeur même !
C’est oublier que ce grand classique de la parfumerie masculine est avant tout un cuir oriental. Et c’est par beau temps que ses atours les plus sensuels et les plus charmeurs se révèlent le mieux.
Passé la tête revigorante typiquement Guerlain, c’est le cuir rêche et râpeux, animalisé par la civette et fleuri par la rose, qui prend le relais, avant de se fondre dans un patchouli enrobé de vanille et de baumes, à peine poivré à la façon Shalimar. Cet oriental boisé sur la fin habille élégamment et rend addict n’importe qui osera s’aventurer trop près de votre cou. Ces effluves enveloppantes et caressantes relativement bien tenaces tout en restant discrètes sur une journée, accompagneront pique-niques à la campagne, repas de famille au jardin ou tout simplement promenade citadine ! A porter aussi bien de façon chic, que décontractée, avec un chemise col Mao dans les tons clairs et pantalon, ou même short beige. Car oui, Habit Rouge est facile à vivre !
__ _
Dans le même genre : les versions EDP ou même extrait d’Habit Rouge, ou bien Egoïste de Chanel, moins hespéridé mais tout aussi classique et oriental !

a43aa-tumblr_n6nmiyxu4d1rxnekho1_500
photo source : The Modern Gentlemen

Déflagration et adrénaline – Shams, Memo

Adepte de sensations fortes ? Audacieux ? Envie de ne pas laisser indifférent sur son passage ?
Encens, poivre noir et oud crépitant sur la peau dans une explosion brûlante de résines fumantes, ça vous tente ?
Shams est un hommage au soleil. Alors il serait dommage de séparer les rayons incendiaires et insolents de l’un et de l’autre qui, combinés, électrisent les sens jusqu’à la moindre synapse du moindre neurone du nerf le plus reculé de votre corps.
Du oud, il n’en a pas la prétention, il en emprunte le nom mais pas l’aspect synthétique de la plupart sortis ces dernières années. Le bois mythique noircit les traits déjà bien sombres du badboy des villes, qui aime le cuir et la gomme de pneu chauffée que ce parfum évoque, et qui vont à merveille avec son pantalon chino gris et ses chaussures montantes à la mode. Un peu « roots », mais au style étudié.
Shams ne se laisse pas si facilement apprivoiser ! Mais quand les notes ambrées se mêlent sur la fin aux bois cuirés, c’est l’extase, à la manière d’un piment qui attiserait vos pulsions par la chaleur brûlante, comme une décharge d’adrénaline pure qui vous traverse le corps de part en part…. Hypnotique !
__ _
Dans le même genre : Bvlgari Black (discontinué) jouant sur le même effet brûlé et pneu chauffé, en beaucoup plus doux, ou Incense Oud (By Kilian) plus sage, légèrement fleuri.

758c4-tumblr_n6x8kyfj7d1slv4v4o1_1280
photo source : Parfait Gentlemen

Je viens du sud…  – Sables, Annick Goutal

Un vent sec qui balaie les dunes et transporte avec lui le bruit des végétaux qui grésillent et leur parfum. C’est la promesse de Sables, gorgé d’hélichryse, au point de vous transformer en un véritable maquis embulant. Cette overdose d’immortelle (son autre nom) n’apporte pas les bienfaits d’une fontaine de jouvence, mais un caractère épicé bien particulier : une ouverture alcoolisée, proche de l’eau de vie de poire, qui tend ensuite sur une note de curry et de céleri. Cette aspect à la fois aromatique et épicé très singulier s’étale sur peau en faisant ressortir un aspect salé particulièrement agréable. Le santal apporte un fond boisé qui se marie aux notes ambrées, qui métamorphose parfois sur peau le parfum en un véritable biscuit. C’est irrésistible !
Et avec ces odeurs de bords de mer mais côté terre, pourquoi ne pas miser sur le lin, le coton dans les teintes claires ? Après tout c’est les vacances ! Alors avec ce parfum, on prend le temps d’aller contempler le jour qui tombe sur la campagne, et on profite des gens qu’on aime.
__ _
Dans le même genre : Santal de Mysore (Serge Lutens), un santal aux épices indiennes, avec en plus quelques fruit secs…

0204a-tumblr_n7fhf5ipai1rxnekho1_500
photo source : The Modern Gentleman

This man is on fire… – Ambre Sultan, Serge Lutens

« Laisse-moi t’embraser » semble susurrer l’un des plus mythiques parfums de Serge Lutens lorsqu’on ose laisser tomber dans son cou une goutte du précieux élixir doré.
Mettre Ambre Sultan en plein été, c’est se laisser parer d’une carapace dorée qui scintille au soleil. Une force qui fait relever le menton, donne de l’assurance, se fait sentir irrésistible. Sur l’épiderme, la vanille fait se fondre les baumes et les résines qui crépitent sous la chaleur du soleil, à moins que ce ne soit celle de votre peau. Il faut le dire : par temps chaud, le notes orientales lorsqu’elles ne tombent pas dans la vanille, jouent les allumeuses !
Si j’en avait l’audace, je dirais que cet aphrodisiaque se porte avec le minimum de vêtements possible, mais là c’est moi qui passerait pour l’allumeuse. Alors je le préconiserais pour une chaude soirée d’été, ou bien pour un après midi à la plage, histoire de se faire sentir ou de lui laisser le plus de soleil possible pour qu’il s’épanouisse ! A porter le plus simplement possible, pour ne pas en faire trop, avec un simple short et un t-shirt, mais à manier cependant avec prudence…
__ _
Dans le même genre : on regardera du côté de Cuir Ottoman (Parfum d’Empire), plus vanillé, ou de Ambre Narguilé (Hermès), jouant sur les épices et le côté gourmand de la tarte pomme/cannelle.

7df6a-tumblr_n744xbzpnt1s9n6iuo1_r3_500
photo source : Style for Men

Oser le décalage – Poison, Dior

Vous n’avez pas peur de porter un parfum féminin ? Alors pourquoi ne pas aller voir du côté du rayon de ces dames pour s’approprier une fleur qui fonctionne particulièrement bien en été : la tubéreuse !
Narcotique, riche, entêtante… la tubéreuse est une fleur blanche enivrante qui n’attend que les beaux jours pour révéler sa pleine puissance et ses atouts les plus charmeurs. Dans Poison, elle est so 80’s : épaulettes, brushing atomique, un peu de fluo mal accordé par ci, par là… mais surtout elle n’est pas QUE une tubéreuse. C’est pourquoi, messieurs, vous pourrez l’adopter facilement ! Ses notes de coumarine et d’épices lui donnent presque des allures de fougère chimérique sur la fin. Ambivalence d’une fleur hypnotique pour un parfum que vous pourrez rendre androgyne. L’association avec quelques violets et bleus (les couleurs de Poison !) sera parfaite, et encore plus dans un style « college » décalé et un peu rétro : chemise à manches courtes pour l’été, rentré dans un short et pourquoi pas accompagné d’un blazer. A vous de choisir l’ordre des couleurs… et le parfum fera le reste.
__ _
Dans le même genre : restons sur les tubéreuse, et celles qui réclament la canicule, avec Carnal Flower (Frédéric Malle), mais traitée de façon beaucoup plus verte et solaire.

——————————————————————

Bien sûr, cette liste et ces associations sont exhaustives. A vous de créer les vôtres, d’oser les parfums de caractère en été, et de venir nous en parler !

Et bien sûr, comme le premier de cette série, je dédie cet article à Juliette, alias Poivre Bleu, la pro dans le domaine des associations de parfums avec toutes sortes de chose : culottes, sacs, chambre à coucher…

Publicités

5 réflexions sur “L’Homme au parfum – Chaleur, chaleur… Et si vous osiez le ton sur ton ?

  1. Team Sables.

    Parce que je n'ai guère envie de tubéreuse cette année, si ce n'est sou forme de parfum d'ambiance. Mais le Gardénia Passion (qui ne sent pas le gardénia) de Goutal passe très bien à la chaleur comme il est un peu terreux… Et la grande soeur de Poison, la décolorées platine made in Hollywood dans sa robe à paillettes Giorgio passe très bien: elle sent finalement beaucoup et surtout la crème solaire et ne choque plus vraiment aujourd'hui.

    J'aime

  2. L'année dernière j'ai eu une grosse envie de tubéreuse à la même époque. Je voulais à tout prix Poison ! Crise financière oblige, je me suis abstenu (et peut être que j'avais peur de l'acheter pour ne presque pas le porter au final). J'avais aussi pensé à Giorgio. Je l'aime bien cette tubéreuse un peu plus putassière !

    J'aime

  3. Je commente tard mais mieux vaut tard toussa.
    L'été en général 'aime bien revenir à des parfums plus fruités, avec une nette préférence pour la figue, avec parfois une petite déviation vers des parfums ambiance tropiques comme Aloha Tiaré.
    Mais effectivement je trouve que c'est aussi la bonne saison pour exalter des parfums qu'on a tendance à garder pour la saison froide.
    Je trouve que les notes cuirées (non depuis dimanche je n'ai pas acheté 25 décants de parfums cuir non non) s'y prêtent bien, mais il faut bien choisir le parfum. En ce moment je porte Traversée du Bosphore et par ce temps il est encore plus beau. Chergui aussi dans le genre chaud brûlant se porte bien en été.
    Et pour les chaudes (dans tous les sens du terme) soirées, un peu de Datura noir pour le côté moite vénéneux…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s