Wazamba, Parfum d’Empire – Résines brûlantes…

Wazamba, de la maison Parfum d’Empire, renoue un lien fort avec les origines du parfum : la fumée et la consumation de résines, moyens privilégiés pour communiquer avec les dieux.

Dès qu’on appuie sur le vaporisateur, c’est tout un monde en bleu d’encre et de feu qui se déverse en flot autour de nous ; vagues d’images kaléidoscopiques tout droit sorties de notre imagination. Un ciel de nuit noire dans lequel se perdent les buchettes incandescentes et virevoltantes d’un feu, sauvage et ronronnant, autour duquel dansent en saccades et de façon endiablée, sorciers, prêtres embaumeurs, cardinaux, moines bouddhistes et pythies…

Feu – source : atelierdecreationlibertaire.com

Sur la peau, c’est une incandescence brûlante, qui enveloppe le corps et l’âme dans un jus bouillonnant de résines et de bois en fusion. L’encens et la myrrhe, poivrés et anisés, se mêlent au ciste labdanum crépitant et enivrant, et qui donne au parfum sa personnalité et tout son effet brûlant. Le cyprès, à l’odeur résineuse, relève cette spirale de fumeroles divines d’une pointe verte, comme pour suggérer une terre foulée sans ménagement par les pieds des fidèles autour du feux sacré. Foulée au point que la terre suinte, de toutes parts, des résines odorantes.

Wazamba, Parfum d’Empire – photo© Musque-moi

Les chants rituels, les râles d’invocations divines, les salves de claquements de pieds et de mains… Dans la goutte de parfum, qui descend le long de mon poignet, pulse en sourdine une énergie débordante qui ne cherche qu’à exploser. On sent le parfum s’insinuer sous la peau, et, dans un battement régulier, échauffer l’épiderme et créer une aura magnétique et brûlante ; véritable bouclier. Concentré d’Afrique, d’Orient et d’Occident, la goutte sacrée, divine, laisse sur la peau une trace profane, mortelle : une esquisse d’animalité suggérée par une note de castoréum, peut être, et qui évoque l’Homme, terreau fertile dans lequel s’ancrent toutes ces évocations célestes.

__________________________________________________________________________________

Wazamba de Parfum d’Empire, par Marc Antoine Corticchiato. Disponible en 50 ou 100mL.

Publicités

7 réflexions sur “Wazamba, Parfum d’Empire – Résines brûlantes…

  1. Oui, à réessayer !!!
    Ca fait deux jours que je le porte, et il est vraiment très très bien. Abrupt, oui, peut être, mais pas du tout importables. Et ce n'est pas un encens comme Avignon de Comme des Garçons ou je ne sais quel autre, il est ici enrichi d'autres résines, et surtout de ciste, qui le rend chaud et qui donne cette sensation d'incandescence. Et puis il est proche de la peau, pas aussi puissant que d'autres !

    J'aime

  2. J'aime beaucoup les créations de Parfum d'Empire mais j'ai du zapper celle là.
    Je me pose toujours la question de savoir si certains parfums sont mieux sur peau ou en ambiance. Un ciste résineux et brulant de Wazamba, pourquoi pas si ca ne fait pas trop « matière brute ».
    A tester donc :)

    J'aime

  3. recu LES echantillons de la collection complete parfun d empire , mon classement POUR HOMME OUI JE SUIS UN HOMME! le meilleur EQUISTRIUS PUIS AZIYADé, ISKANDER, AZEMOUR LES ORANGéRS ET POUR FINIR WAZAMBA les autres ben j aime pas..

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s