Impressions olfactives #2 – Une odeur de Fêtes 1/2 …

Je vous propose, pendant les fêtes, une mini-série non pas sur les parfums, mais sur les odeurs de Noël et de festivités. Une compilation de souvenirs olfactifs très personnels, tirés des plus beaux moments de mon enfance à aujourd’hui. Mais surtout, n’hésitez pas à laisser des commentaires pour me parler de VOS odeurs de Noël !

Ambiance de Noël  – photo© Musque-moi



Mandarine :
Le plaisir d’éplucher une mandarine ou une clémentine, qu’importe, est toujours le même pour moi : un sourire béat aux lèvre en attendant avec impatience les premières gouttes d’huile parfumée qui jailliront au « crac » de la peau qui cèdera sous les ongles, ou l’odeur herbacée des feuilles froissées entre les doigts, entre le néroli et le petitgrain, ou encore celle du pédoncule tout juste arraché. Le jus, plein de vitalité, gorgé d’un soleil emprisonné et concentré durant des mois sous une peau cireuse et écarlate, délivre alors son odeur bien caractéristique, aux notes zestées, sucrées et résineuse, entre le thuya et le cyprès, recelant des touches fruitées évoquant les feuilles de cassis. Cette odeur est si facile à reconnaitre, si évocatrice, que l’on sait que quelqu’un, dans les parages, mange une mandarine sans même l’avoir vu, et ce dès les premières secondes où il l’épluche.
Mais ce n’est pas un plaisir fugace, frustrant, qui se termine aussi vite que l’odeur s’est répandue. Nos doigts ne sortent pas indemnes de la lutte contre cette bombe odorante. Ils portent encore, durant plusieurs heures, des bribes zestées, pétillantes, résineuses et acidulées que l’on aime porter, encore et encore, à notre nez.
Il faut que je vous parle, forcément, d’un souvenir olfactif indissociable de la mandarine : mes grands mères avaient pour habitude de placer quelques épluchures de mandarines sur leur fourneau. L’odeur qui emplissait alors la maison était à la fois douce et corsée, mêlant la douceur des agrumes tièdes à la note boisée et presque naturellement épicée des zestes pyrogénés, presque « croustillants ». Une odeur réconfortante et enveloppante qui nous accueillait dès que l’on passait le pas-de-porte, laissant derrière le froid mordant pour entrer dans les cris joyeux et les rires familiers de l’esprit de Noël.

Feu de cheminée :
L’odeur du feu de cheminée est un tout, et pas seulement un vague parfum de bois brûlé. C’est aussi l’odeur des buches fraichement rentrées, qui portent encore le voile frais et humide de l’air hivernal, mais dispersant une odeur sèche et boisée, avec quelques touches d’humus et de lichen. C’est aussi l’après combustion : la cendre froide, minérale et amorphe, morte et fugace et dont il faut se débarrasser au plus vite, au petit matin, pour laisser la place libre.
Les pommes de pin crépitent dans le fourneau, l’essence terpénique fait ronronner le feu au quart de tour, alors que dans la cheminée, le papier journal et le petit bois réunis au centre forment un bûcher où sera brûlée, en hérétique du confort, la froideur insupportable de l’hiver. Derrière la vitre poudrée de suie, portant encore les stigmates des fournaises passées, les flammes jaillissent enfin et répandent leur chaleur enveloppante qui endort.
Lorsque l’on ouvre le clapet pour recharger en combustible, parfois la bête s’emballe, se transforme en machine à vapeur fumante de toute part ; véritable chaudière du diable. S’échappent alors de lourdes fumeroles d’odeurs épaisses, fumées, goudronneuses et pyrogénées, qui s’insinuent dans tout ce qu’elles effleurent, au plus profond des pièces, des meubles, des boiseries, des tissus, dans chaque maille, dans chaque fibre, de façon si subtile mais tenace qu’elles donnent une identité au foyer ; c’est, comme on dit, « l’odeur de chez moi » !

D’autres « impressions olfactives » à venir très bientôt …
En attendant, de très bonnes fêtes de Noël à tous mes chers lecteurs !

Publicités

8 réflexions sur “Impressions olfactives #2 – Une odeur de Fêtes 1/2 …

  1. Un description efficace de la mandarine qui m'a mis l'eau à la bouche! Amusant qu'en cette veillée de Noël, le whisky écossais dégustés – avec modération – ait su recréer instantanément l'image de cette chambre à manger irlandaises, dans laquelle brûlait la tourbe – âcre et enfumée! Joyeux Noël.

    J'aime

  2. Pour moi ce serait… crêpes, foi de Finistérienne !
    Quand ma grand-mère Marie, en costume (n'est pas Bretonne qui veut) savait que ces 17 petits-enfants n'attendaient que cela.
    Se mettaiient alors en place sur sa longue table en bois devant sa cheminée, oeufs, farine, lait… mais ces ingrédients là, à eux-même étaient la cause de nos émotions olfactives bien avant le plaisir gustatif… Car, les oeufs, énormes, en les cassant répandaient leur belle odeur, que dire de ce lait tiède, entier, tout spécialement tiré pour l'occasion.
    La pâte prête, elle prenait généreusement le beurre baratte qu'elle faisait elle même pour en recouvrir sa bllig (cette fameuse surface en fonte de 30 à 40 cm).
    Puis venait, précis, ce geste qu'elle nous a appris, répandre la pâte sans faire de trous, fine, qui brunissait sans brûler… Alors nous les sentions tous ces beaux ingrédients, l'oeuf, la farine, le lait, le beurre chacun leur tour, et qui si bien mariés nous proposait à déguster LA crêpe de Marie.
    Pour peu que mes tantes, ne résistant à la tentation, passent par là, ce sont leurs confitures qui chatouillaient nos narines, mûres, framboises, groseilles maquereaux, cassis…
    Cette grand-mère là, pour nous, avait cette belle odeur du bonheur partagé, sur des grandes tablée, devant sa maison en pierres, celle où elle était née… née pour le plaisir de ses 17 petits-enfants et 34 arrière-petits-enfants

    J'aime

  3. Nos souvenirs olfactifs sont probablement les plus prégnants et ils remontent presque tous à l'enfance. Pour cette période de l'année, mon père allait couper une épinette (et pas un petit modèle), parfois un sapin, mais plus souvent la première option plus abondante. L'odeur des aiguilles et de la résine mélangées reste gravée dans ma mémoire. Parfois aussi cela se mêlait avec les copeaux de bois (la sciure de bois, de pin ici) qui trainaient sur ses vêtements lorsqu'il revenait de son atelier d'ébénisterie.
    Pour moi c'est aussi une odeur difficile à décrire mais qui représente les festivités de l'hiver naissant chez mes parents qui vivent à la campagne, en milieu montagnard: celle de l'air très froid, pur et sec (assez pour vos coller les narines), principalement le soir. Cela représente une odeur de « propre », mais rien à voir avec la lessive, c'est beaucoup plus naturel et tranchant. On est loin de la douceur de la mandarine, des crêpes et de la suavité du Whisky…

    J'aime

  4. Je me retrouve bien dans ta description des odeurs de Noël, car la mandarine, le feu de bois mais aussi les petits sablés aux épices font parties de ces odeurs typiques que je retrouvais avec plaisir chaque fin d'année… Petite variante, chez ma grand mère, les pelures de mandarines, on les jetaient directement dans le foyer, et on les entendaient crépiter en les regardant se recroqueviller…

    J'aime

  5. Ahhhhhh… je suis content que la description de la mandarine fasse cet effet ! :)
    Le whisky… ah que c'est beau comme odeur quand c'est un bon 12ans d'âge, un peu fumé, liquoreux, baumé et balsamique. j'aime beaucoup.
    Je te souhaite une excellente année 2013, Gine. Une belle année toute parfumée.

    Bises et merci de ta fidélité !

    J'aime

  6. Quel beau souvenir, et ça m'en met l'eau à la bouche. La véritable crêpe bretonne… miam !
    Et servie en costume folklorique… que demander de mieux ? Un verre de cidre pour accompagner le tout peut être ! ;)

    Merci pour votre commentaire, très belle année 2013 et à bientôt !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s