Femme – Rochas

Il existe encore, dans le bas des étagères des grandes parfumeries à l’air saturé de glucose et de couleurs criardes, des parfums plus tout jeunes, mais qui sont d’une qualité bien supérieure à tout ce qui sort à l’heure actuelle.

Femme, de Rochas, en est un exemple parmi tant d’autres.
Celles et ceux qui l’ont connu il y a dix, vingt ou même trente ans vous diront, inévitablement (comme dirait Chanel !), qu’il a changé.
Quoi qu’il en soit, Femme reste un parfum plutôt clivant, de caractère, qui fait partie intégrante de l’Histoire du parfum, et qui est encore tout à fait portable dans sa version actuelle.

Femme de Rochas – photo© Musque-moi

S’il sortait aujourd’hui, il serait plutôt vu comme audacieux, et aurait plutôt sa place dans la parfumerie de niche. Sa colonne vertébrale chyprée est habillée de notes chères à Edmond Roudnitska ; comme le cumin, en dose particulièrement importante, ainsi que la prune et la pêche qui apportent un contraste fruité tout en rondeur face aux épices.
Le départ pétillant d’agrumes et plus particulièrement de bergamote, glisse doucement vers un fond sensuel mais toujours altier ; origine chyprée oblige.

La version moderne a, sans doute, perdu la mousse de chêne qui donnait tant de classe et de tenue aux parfums anciens, une qualité de bergamote qui faisait démarrer la composition sur des notes moins acides et une dose d’épices plus généreuse qui apportait un caractère bien trempé à l’ensemble. Mais si on fait abstraction de tous ses malheureux changements dus aux normes absurdes, Femme reste un parfum bien identifiable et qui mérite d’être encore porté, et qui plus est aux cous des femmes d’age mûr qui s’obstinent plutôt à jeter leur dévolu sur des flacons en forme de diamant ou de pendentif de collier massaï !

Femme de Rochas – photo© Musque-moi

Les jeunes femmes qui oseront le porter auront toute mon estime.
Même s’il appartient à une famille laissée de côté depuis plusieurs années au profit des parfums « gourmands », Femme est plus que jamais au goût du jour ; entre fruits et épices, entre héritage et modernité. Car on le sait bien, Edmond Roudnitska était bien en avance sur son temps.
Parfum de caractère, il peut être un peu difficile au premier abord. A bat les clichés, un test sur peau peut suffire à vous faire changer d’avis (j’ai moi-même été conquis !). Quoi de plus ravageur qu’une pincée de mystère, un souffle de sensualité, un regard hautain et une claque méprisante ?

Femme est une fille qui vous pousse à bout, qui vous teste, vous repousse pour mieux que vous reveniez. Elle sait que vous ne lui résisterez pas, et elle sait qu’elle n’est pas une femme facile !

Femme, c’est cette arrogante sensualité, une ambiguïté au creux d’un cou offert.

Et au masculin… ça marche aussi !

Et pour vous, cette Femme elle est comment ?

Publicités

6 réflexions sur “Femme – Rochas

  1. Bonjour,
    Juste 3 mots pour la présentation de ton jardin pour mon livre (historique, lieu et surface) entre noël et le jour de l'an !!!
    Autre chose, je suis, depuis plus de 50 ans fidèle à 'pour un homme de Caron' qu'en penses-tu ?!, pardon une infidèlité, quelquefois je porte 'eau sauvage de Dior !
    Bonnes fêtes.
    Jean-Pierre

    J'aime

  2. Bonjour Jean Pierre,

    Merci pour le rappel, je me mets à une petite présentation au plus vite.

    Pour Un Homme est un grand classique indémodable. Certes, la lavande n'a plus trop la côte, mais c'est une très belle référence. Une des plus belles selon moi, car son twist inattendu avec son fond vanillé, ambré et musqué est très intéressant et plaisant.
    Quant à Eau Sauvage, quelle belle infidélité. C'est une belle alternative pour l'été.

    A bientôt.

    J'aime

  3. Oui, Femme était sublime…parce qu'on ne peux plus parler du parfum comme nous le connaissons. Il a été reformulé récemment ainsi que Tocade et Madame Rochas. La brassée 2013 exclue de nombreuses notes, le rend plus insipide encore alors que des voix s'élevaient, avant cette reformulation, pour critiquer, un peu à tord, sa perte de caractère depuis quelques années. Pourtant de caractère et d'affirmation, il n'en manquait qu'un peu, et en était doté suffisamment pour rester un best des bas-reliefs des parfumeries . Imaginez donc, ces jeunes filles qui auraient bien aimé se différencier des tendances et qui n'y parviendront pas. Le nouveau Mitsuko nous consolera peut-être.
    J'ai vu un libellé « coup de gueule » sur votre blog. Ce post, à contre cœur, devrait y figurer.

    J'aime

  4. Mon dieu, j'ai peur d'aller sentir cette nouvelle cuvée !!!

    Récemment, au cours d'une séance de parfums vintages avec des connaisseurs des parfums anciens, nous avons constaté que Femme (ancien packaging donc, pas nouvelle cuvée) était vraiment très bien, comparé à des versions plus anciennes.

    J'aime

  5. Bonsoir Patrice,
    Si tu fais référence à notre séance vintage début Août, le parfum que je t'ai vaporisé sur le poignet est une version antérieure à 1989 (date de reformulation par Olivier Cresp), donc version originale Roudnitska.

    Newyorker

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s