[Coup de Coeur] Musc Tonkin – Nouveauté Parfum d’Empire

Parfum d’Empire
Empire des sens
Sens en émoi
 …
Émois charnels
Charnelle volupté
Nous y sommes !
a1ad7-musk_1616
source : Hortus Sanitatis, (1490)
C’est dans les salons feutrés du Lutétia qu’était intimement dévoilé, le 20 septembre dernier, la dernière création de Marc Antoine Corticchiato.
Pour ce dernier opus de Parfum d’Empire, proposé en édition limitée, c’est sans surprise qu’il nous emmène vers un terrain peu exploité de la parfumerie moderne et qui lui plait tant : les matières animales ; et plus précisément le musc tonkin, qu’il surnomme lui même « le fantôme de la parfumerie » qui « ne cesse de la hanter car sa perte est irremplaçable ».
Qui n’en a jamais entendu parlé ?
Le musc tonkin est une matière qui fut très largement utilisée dans la parfumerie, et ce depuis des millénaires. Les chinois se l’arrachaient durant l’antiquité et l’Islam le considérait divin, allant jusqu’à le mélanger au mortier des mosquées pour que, au plus chaud de la journée, les murs exhalent des odeurs enivrantes. En occident, au Moyen Âge, seul ou mélangé à de l’ambre gris et des épices,  il servait à produire des pâtes, que l’on plaçaient, entre autres, dans les fameux pomanders finement ouvragés.
« Laissez-moi frotter
de musc et de camphre
asperger d’eau de rose
les murs de ma maison. »
                                        [ les Mille et Une Nuits ]
 –
Marc Antoine Corticchiato a donc voulu rendre un hommage à la plus aphrodisiaque des odeurs, en mettant au point un extrait de parfum, véritable élixir d’amour, qui lui aura demandé énormément de temps et de travail, sobrement et simplement intitulé « Musc Tonkin ».
f959e-mt1
Musque Tonkin, Parfum d’Empire – Musque-Moi
Exercice risqué s’il en est, un tel nom aurait pu cacher un jus inévitablement et automatiquement rapproché, probablement à tort, de Muscs Koublaï Khan, de Serge Lutens, s’il avait simplement joué sur la facette animale, ou d’un accord décevant associant des muscs modernes tout sauf animaux et délicieusement sales, s’il avait contenu des muscs blancs, plutôt que « noirs ».
Heureusement, nous sommes loin de tout cela, grâce à la recherche d’authentique et de qualité de la part de Marc Antoine Corticchiato.
Ainsi, Marc Antoine nous raconte sa propre vision du musc tonkin, en le suggérant par un accord cuiré, plutôt que musqué. Utilisant la pierre d’Afrique pour sa facette animale et sombre, plutôt sale, l’habillant d’une facette salée faisant penser à de l’ambre gris, et de ciste ladanifère aux notes résineuses et fumées, il transfigure cet accord central, magnétique et profond, par un véritable coup de génie : il y associe la mystérieuse et enivrante tubéreuse.
C’est ainsi que Musc Tonkin, le parfum, prend une toute autre tournure…La fragrance démarre sur des vapeurs d’alcool vieilli, aux notes de cacao et de cuir, auquel vient, très rapidement, se mêler la note salée, charnelle et sensée évoquer « le goût de la peau » nous dit le parfumeur. Déjà, on sent pulser et respirer la tubéreuse dans cette ambiance sombre et veloutée. Elle joue avec ses faux airs de jasmin, et se pare d’aldéhydes, conférant ainsi à la composition des airs de parfum vintage, d’une époque où l’on n’hésitait pas à salir les fleurs immaculées par des touches, plus ou moins généreuses, de « vrais » muscs.On assiste ici à l’inverse : la fleur vient illuminer les notes animales !
Une apparence « vintage » intensifiée par l’effet madérisé des notes de tête, et le voile patiné, moiré presque mordoré qui habille le parfum jusqu’à la fin. Une fin relevée d’une pointe fumée-salée, mariant encens brûlant et peau échauffée.
Et si Musc Tonkin était à la fois « voluptueux » ET « sacré » ?
« Sacré », comme son cousin Wazamba, mis aussi à l’honneur dans les salons du Lutétia.
f0e20-tumblr_lp9vwucx1b1qmf0cgo1_500
Sacré ET volupté ? (photo : auteur inconnu)

 

Musc Tonkin est une nouvelle preuve que le « style Parfum d’Empire », s’affinant de plus en plus, aboutit à des créations de plus en plus subtiles, comme en témoigne Azemour, les orangers sorti il y a un an ; même si la brutalité d’Ambre Russe ou la raideur sèche de Cuir Ottoman sont ce qui leurs confèrent tout leur charme et leur beauté.


Musc Tonkin est un extrait de parfum en édition limitée, édité à 1000 pièces. Ne tardez donc pas à aller le sentir (et pourquoi pas craquer pour un flacon).

Edit : depuis 2014, Musc Tonkin est de retour en version Eau de Parfum 100mL, permanent dans la collection Parfum d’Empire. Une excellente nouvelle !

Un petit conseil, et on ne le répètera jamais assez : testez-le sur peau, même s’il ne vous plait pas au premier abord. Les « muscs noirs » ne sont pas des matières qui se laissent dompter au premier rendez-vous !

Publicités

12 réflexions sur “[Coup de Coeur] Musc Tonkin – Nouveauté Parfum d’Empire

  1. Eh bien je l'ai senti chez Jovoy et je n'ai pas aimé du tout :(
    Je m'attendais à quelque chose de plus mystérieux et de plus délicat, plus en contrastes. Je pensais trouver un compromis entre Musc Koublai Khan et Dzing, en plus animal peut être mais là c'est la note indolée qui ma repoussé (top acide, trop naphtaline). Dommage. Je me suis consolé avec la fraîcheur de l'Eau de Gloire.

    J'aime

  2. Dommage alors !
    Tu as pensé à tester Azemour, avec son fond chypré très agréable ?
    Mais il faut prendre le temps de le tester sur peau, tout comme Musc Tonkin d'ailleurs ! Mais la note salée, je comprends, car elle est très exagérée.

    J'aime

  3. J'aime beaucoup Azemour en effet.
    Il est bien foutu et tres contrasté.
    Je trouve de Parfum d Empire et un vraie belle marque de niche avec de beaux accords et de vrais partis pris. Je ne connais pas encore tous les parfums mais ca ne devrait pas tarder.
    Tu as senti la gamme Arquiste?

    J'aime

  4. Oui, j'ai senti les Arquistes. l faut avouer que beaucoup sont peu intéressants. Un peu « déjà-vu ».
    J'ai cependant beaucoup aimé Anima Dulcis, et celui avec la tubéreuse dont j'ai oublié le nom.
    Je suis aussi très curieux au sujet du dernier, Boutonnière. Le gardénia arrive en force et prendra certainement la relève du oud, dans quelques temps !

    J'aime

  5. Moi j’ai trouvé la gamme Arquiste plutôt sympa dans l’ensemble, il y en a un ou deux que j’ai bien aimé mais là aussi je ne me souviens plus des noms.
    Et bonne nouvelle si le gardénia prend la relève sur le Oud.
    Il y a un beau gardénia chez Van Cleef dans la collection Extraordinaire (je ne sais pas si cette gamme est tjs référencée…), j’aimais bien celui de Tom Ford aussi.
    On verra ce que nous réserve le gardénia à la boutonnière…

    J'aime

  6. Bravo pour l'article!
    De Parfum d'Empire, je possède avec bonheur L'eau de Gloire, Azyiade, et j'aime aussi Fougère Bengale et Ambre russe. Ce petit dernier suscite mon attention, mais m'inquiète un peu! A tester!

    J'aime

  7. Bonjour Musque-moi. La beauté de ce parfum racé, ainsi que les nombreuses recommandations, dont la votre, lors de séance de dédicace de Denise chez Liquides ont eu raison de moi. Terriblement raison.
    Samedi dernier, n'y tenant plus, je l'ai acheté. J'ai même appelé quelques heures plus tôt pour qu'un des trois derniers flacons soit mis de côté, et on peur dire que j'ai bien fait. Un ! Il n'en restait plus qu'un quand je suis arrivée. Le coup de cœur, qui a macéré pendant 48 heures, a été tel que j'ai même demandé à Marie, l'une des vendeuses, ce qu'il devenait habituellement des testeurs…
    Même si l'issu de celui-ci reste inconnu, il aura été utilisé, après mon achat, pour vaporiser autour de moi une superbe pluie dans laquelle j'ai pris plaisir à tourner !
    Il m'appartient enfin. Je vous remercie pour vos conseils, ainsi que pour ce très joli post que j'ai eu plaisir à lire vendredi matin juste après mon réveil. Au fond, il a peut-être été determinant.

    Emeline

    J'aime

  8. il était tout à fait inutile d'essayer musc Tonkin , sur l'envers du poignet , là ou ma peau est si blanche , et gravée de fines veines bleutées, parce que dans son nom , mon pays de naissance .
    Je me suis parfumée de cette odeur miroir d'un paradis perdu , porteuse d'ombres , de mots, de chansons murmurées . Les dragons à mes pieds , j 'étais un fauve roux.
    Florencia D

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s