"Et si on changeait ?"

C’est ce que les directeurs marketing de chez Diptyque, racheté il y a peu, semblent s’être demandés !
 

au 34 Boulevard Saint Germain, Paris ; ©Musque-moi

« Mais qu’allons-nous changer  ? »
*réflexion*

Les bougies ont fait la renommée de la maison depuis les années 60. Les parfums ont assuré une implantation certaine dans la parfumerie de niche, et ont maintenant leurs fidèles adeptes, et la toute récente gamme pour le corps, de très bonne qualité, vient d’élargir la gamme, et ravit les puristes de la marque.

Qu’allons nous bien pourvoir donc changer pour attirer l’œil des futurs « nouveaux clients » ? Comment les faire s’intéresser à notre marque qui ne rayonne pas par la couleur de ses emballages, mais qui est plutôt respectable par la qualité des produits, présentés dans des contenants et des emballages sobres, mais néanmoins élégants ?

« La bouteille bien sûr ! »
*illumination*

Ainsi, on ne touchera pas au code-couleur noir et blanc de la marque, présent sur l’étiquette, et on va conserver la forme ovale de cette dernière, symbole et signature de la maison. En façonnant notre nouveau flacon autour de ce symbole, on garde une certaine identité logique, et on ne perturbe pas trop le client, tout en gardant bonne conscience !

« Et paf ! »
*évolution*

Un Pokémon et son évolution !

On appellera ça « l’Effet Pokémon » : un changement pour être plus combatif, compétitif… on prend l’original, simple et efficace, et on l’agrémente de fioritures, on le grandit, grossit, on lui met des flammes plus longues, une corne en plus, un regard de conquérant prêt à tout…

Et ceux de ma génération comprendront (les autres aussi, j’en suis sûr, en forçant un peu) : quand on découvre les nouvelles évolutions de nos Pokémons dans la « nouvelle génération », créée suite au succès des premiers, c’est une déception totale !
Quelle est cette chose horrible en laquelle notre petit Pikachu a-t-il évolué ?
Alors, la réaction fut simple et rapide : déception et lassitude, ça ne m’intéresse plus.

A la découverte des nouveaux flacons Diptyque, la réaction fut rapide : déception !

Une forme ovale, pas inesthétique, mais plus vulgaire et terriblement difficile à prendre en main pour le format 100mL, un bouchon noir laqué, surélevé… Et enfin, touche de folie : l’étiquette ! L’héritage de la maison, volé aux anciennes bouteilles, n’a pas échappé à la loi de l’évolution. Comme la corne supplémentaire sur l’évolution de Ponytha, le poney de feu, elle ne sert à rien, juste à faire joli et attirer l’oeil : elle est imprimée recto-verso pour que l’on voit une autre image par transparence à l’arrière du flacon !

« Ça va attirer l’œil ! »
*gadgetisation* 

En espérant, pour Diptyque, que lassitude et abandon de la part des fidèles clients ne suivent pas!

Ce premier changement a déjà bien fait jaser dans le monde des passionnés, mais également des habitués qui n’aiment pas être chamboulés dans leurs habitudes !
Le pauvre carré de verre simple, habillé de son ovale, n’avait rien demandé à personne, et s’en tirait plutôt bien depuis des décennies.
Mais une fois de plus, la dure loi du marketing et des affaires à pris le dessus !

Cette histoire de flacon n’est qu’une partie de la transformation de Diptyque, amorcée depuis quelques année déjà : suppression de parfums (Oponé et plus récemment Jardin Clos), de bougies (Aubépine rejoint les exclusifs comme Coing ou Iris, de la boutique du 34 Boulevard St Germain, pour être surement, par la suite, discontinuées), sortie d’eaux insipides et/ou inintéressantes (34, Eau Rose) qui présagent une suite… 
Heureusement, tel un phare émergeant du brouillard naissant, le prochain parfum, Volutes, prévu pour l’automne, soulage et nous laisse croire que Diptyque ne se meurt pas (j’en parle ici) !
Publicités

3 réflexions sur “"Et si on changeait ?"

  1. Intéressant! Je suis comme toi: la seule chose que j'aime dans ce nouvel emballage c'est le bouchon qui semble inséré dans le verre. Mais sinon, c'est devenu banal. C'est une maison que je ne connais pas, mais je vais chercher s'il y a diffusion pour la Suisse ou non. Merci pour cette découverte.

    J'aime

  2. Le changement pour le changement est absurde et idiot ; la décision de Diptyque le prouve, malheureusement.

    Leurs anciens flacons, un peu désuets peut-être, -mais n'est-ce pas le charme de cette maison? – étaient simplement parfaits ; ils incarnaient l'esprit d'une maison si délicieusement décalée. En « se modernisant », Diptyque se normalise, se banalise.

    J'aime

  3. Je suis rassurée de voir qu'un sentiment de déception règne sur les amateurs de la marque.
    A mon sens toute la beauté du flacon intial réside dans le contraste entre le verre carré massif et l'oval de l'étiquette.
    Pourvu que cette marque si belle ne perde pas tout son charme…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s