Impressions olfactives du moment … #1

Le temps chaud et lourd de la semaine dernière, suivi des averses de ce week-end, a permis de faire remonter du sol bouillant quelques doux fumets …

Après une averse …

Tous les soirs en sortant du travail, la semaine dernière, le soleil de plomb et la lourdeur tiède de l’air épais s’emplissaient du parfum vert et résineux, presque poisseux et collant, du cyprès, lorsque j’arrivais à l’arrêt de bus.
Quel bonheur de cueillir un des petits fruits vert cendré qui ornent l’arbre, de le rouler entre les doigts et humer l’odeur terpènique et résineuse qui s’en échappe ; me rappelant inexorablement la cours de l’école, où, gamins, nous récoltions ces projectiles de fortune pour improviser de chasses à l’homme, ou qu’on les râpait, au risque d’y laisser un bout de doigt, sur les mûrs de l’enceinte pour écrire nos noms d’un vert fade et poisseux.

En ce moment, c’est la période de floraison de la clématite sauvage. La croiser sur le bord du trottoir le matin, dans les rayons du soleil levant, est un pur bonheur. On voudrait, que le temps d’un instant, le temps se suspende, pour savourer encore, et encore, ces doux relents de fleur d’oranger miellée et suave s’échappant de la nuée de fleurettes aux étamines hérissées …

Souvent, la pluie apporte, ou du moins « révèle », de nouvelles odeurs. Et c’est encore plus le cas en été, après une période de chaleur et de sécheresse. En ville, par exemple, certaines feuilles des énormes platanes de l’Avenue de Genève, tombent prématurément, grillées par la chaleur. C’est une « méthode de survie » que les arbres ont mis au point : supprimer les grandes surfaces de contact avec l’air pour diminuer l’évaporation, ce qui revient à sacrifier quelques feuilles ! Les première gouttes de pluies font alors remonter, du pied de ces grand platanes, une odeur que l’on ne peut pas louper si on passe à côté : c’est un mélange balsamique, entre le benjoin, vanillé et caramélisé, la feuille morte humide à l’odeur de foin, et l’humus frais, auquel s’ajoute, par moment, une vague odeur d’urine, provenant sans doute de la décomposition de la matière organique.
Ce parfum joue ainsi avec notre odorat au jeu de l’attraction/répulsion !
Tandis qu’à la campagne, ces mêmes averses font remonter le même genre d’odeur des vastes champs de maïs. Des cannes épaisses et jaunissantes, s’élève une odeur semblable à celle des platanes, tirant plutôt sur le miel concentré, encaustique et entêtant, un peu gras, et derrière lequel, se cache encore une odeur suspecte et douteuse !

Publicités

2 réflexions sur “Impressions olfactives du moment … #1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s